Colombe et fumier


Raul Pompéia
Je veux un époux riche … Qu’il ne soit pas beau! … Je suis déjà beau … Je veux un marié d’or, d’or comme le veau. J’aime tout ce qui est or: les bijoux, les pièces de monnaie et le veau en mosaïque. Quand je dors, les rêves tombent en cascade sur des cascades dorées sur mon corps … Les aurores sont belles pour moi, car elles ont des diadèmes dorés. La montagne est généralement appréciée pour sa verdure suffisante et feuillue qui la recouvre; J’adore la montagne, car je sens l’épaisse veine dorée à l’intérieur de la croûte de granit. Il y a ceux qui aiment le balancement du ruisseau, la chute des cailloux; Je trouve le ruisseau tout simplement charmant, quand des roseaux d’or roulent sur le sable du lit … Avec l’or, la domination est faite et le trône est fusionné. Les empereurs romains ont eux-mêmes fait sculpter les personnages dans l’or …

Les rayons du soleil sont dorés.

Quoi qu’il en soit, je serai gagné par l’or … La beauté a la gloire de valoir le grand métal et de pouvoir l’échanger contre lui.

La femme qui se laisse gagner par l’or devient une gagnante; la faiblesse de la beauté se transfuse dans l’omnipotence du métal … A quoi serviraient les autres femmes, la beauté, si la beauté n’était pas de l’or sur le marché de la vie et si l’or n’exigeait plus le beau rose de notre chair? belle mise en valeur?! … Les hommes dominent par la matière, qui est l’or, nous dominons par l’idéal, qui est la séduction. L’alliance des deux domaines rend le domaine suprême … C’est la vérité. Alors, je veux un marié riche. Un marié d’or; or massif comme le veau de l’ancien testament … j’appartiens à celui qui le donne! … l’argot du vulgaire canaille l’appelle se vendre …

Je me vends!

J’étais horrifié. Et elle a dit la catastrophe éclatante du blasphème avec ces lèvres tendres, que j’avais supposées faire pour le doux murmure des saintes confidences de vertu et d’amour …

Quelle horrible chenille en or jaune sortait des roses de cette bouche!
………………………………………….. ……………

Devant nous, dans le jardin, une grande quantité de fumier s’était accumulée dans un coin.

Sur le fumier, une colombe blanche, avec de beaux pieds ensanglantés et un bec sanglant, a tourné le monticule infecté avec ses ongles, à la recherche de nourriture …

Cela m’a fait ressentir l’épigramme du hasard.

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google

Você está comentando utilizando sua conta Google. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s