JULIANA, MON ANGE

José Araujo de Souza

Je me souviens de ta voix.
C’était une voix si tendre
et doux et si sûr
que je n’oublierai jamais.
Je voulais toujours
pour savoir pourquoi tout,
ou inventer des chansons,
n’oubliez pas quelles histoires,
et en disant qu’il m’aimait
avec la voix la plus douce du monde.
Je garde ta voix
profondément dans le coeur.

Quand la nuit s’est étirée
dans le ciel ton manteau d’étoiles,
tes petits yeux fatigués
fermé tranquillement
et sur mes genoux, j’ai dormi.
Je l’ai embrassée légèrement
et puis, très légèrement,
la mettre sur son lit.
Puis, mon ange a souri.
C’était un ange. Je ne savais même pas.

Aujourd’hui, au paradis, vit un ange
qui me fait signe,
tous les jours.

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google

Você está comentando utilizando sua conta Google. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s