LA PEINTURE



José Araujo de Souza

Pour sentir ta présence
quand tu n’étais plus ici,
J’ai fait ton portrait dans ma tête
pour vous arrêter, avec moi.
J’ai rendu ton sourire plus pur
avec une telle beauté,
que j’ai même souri avec toi.
J’ai fait ta bouche petite
la couvrir de baisers
la nuit, quand tu veux.
J’ai rendu tes mains si douces
placé de telle manière
que je pourrais les toucher.
J’ai rendu ton corps sombre
montage tout sur l’écran.
J’ai fait la peinture
si délicieusement
et avec tant de beaux détails
qu’en me souvenant de mes rêves, fini,
J’ai pleuré mon cri le plus triste,
avec toute ma tristesse
né de votre absence.

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google

Você está comentando utilizando sua conta Google. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s